Les chiens vendus dans les animaleries

Y a-t-il de bonnes animaleries?

Oui! Il y a beaucoup de bonnes animaleries qui vendent toutes sortes de produits, mais pas de chiens… Certaines, comme PetSmart, PJ’s Pets et Petland, servent même de « succursales d’adoption » pour les refuges et les sociétés d’aide aux animaux. Au lieu de vendre des chiens et des chats, elles hébergent dans le magasin quelques animaux des refuges, prêts pour l’adoption. Si un client est intéressé, on le met en communication avec le refuge ou le centre d’aide pour lancer le processus d’adoption. En optant pour ce genre d’animaleries, vous trouverez votre Fido, vous sauverez une vie et vous enverrez un message clair aux autres animaleries : la façon humanitaire d’offrir des animaux, c’est en devenant succursale d’adoption.

Si l’animalerie n’est pas une « succursale d’adoption », d’où viennent ses chiots alors?

Une bonne partie des chiens offerts dans les animaleries proviennent d’usines à chiots. Dans ces chenils industriels, les conditions de vie des animaux sont exécrables : ils passent leur vie entière dans des cages exigües et sales, ils sont mal alimentés, privés d’attention et de soins vétérinaires, et on les force à mettre bas continuellement, portée après portée.

Jugez-en par vous-même. Voyez ce reportage sur des usines à chiots canadiennes et américaines qui fournissent des animaleries canadiennes : www.cbc.ca/marketplace/2009/how_not_to_buy_a_puppy/main.html

Tous les éleveurs qui fournissent les animaleries ne traitent sans doute pas leurs animaux de manière aussi épouvantable que ce que l’on voit dans ce reportage. Mais un fait demeure, les éleveurs qui acceptent de vendre des chiots aux animaleries n’aiment pas suffisamment les animaux pour appliquer une mesure fondamentale aux yeux de tout éleveur responsable : s’assurer que chaque chiot se retrouve dans un foyer approprié, avec un maître bien choisi, qui a démontré qu’il était en mesure de bien prendre soin de l’animal.

D’ailleurs, en vertu de son code d’éthique obligatoire, le Club Canin Canadien (CCC)  interdit à ses membres de vendre aux animaleries. Quand un éleveur décide de le faire tout de même, il déroge alors aux normes du CCC et il n’y a aucune façon de savoir quelles sont les pratiques d’élevage qu’il utilise. Est-ce qu’il fournit une alimentation et des soins vétérinaires adéquats? Est-ce qu’il effectue les examens génétiques requis pour éviter les maladies chez les chiots? Est-ce qu’il apporte le temps et l’attention nécessaires pour socialiser les petits?

Propos contradictoires

Le langage ambigu des vendeurs dans les animaleries: les mots et la réalité n’ont parfois rien à voir (un article de la Société protectrice des animaux des États-Unis).

Quand on achète un chiot dans une animalerie, on achète d’un intermédiaire, et c’est là le coeur du problème. Vous ne voyez pas où les petits sont nés, où ils ont été élevés, vous ne voyez pas les parents, vous ne rencontrez pas l’éleveur, vous n’avez pas de façon de savoir si le chiot a été convenablement socialisé. Bref, il y a trop d’informations importantes qu’on ne peut pas obtenir.

Dans les animaleries, pratiquement tous les vendeurs vous diront que les chiots proviennent d’éleveurs réputés et attentionnés. Méfiez-vous. Souvenez-vous plutôt qu’un éleveur certifié n’accepterait jamais qu’on vende ses chiots de cette manière. Les bons éleveurs veulent construire une relation avec les gens qui achètent leurs chiots; ils veulent garder un contact et pouvoir les aider au besoin – parce qu’ils aiment profondément leurs chiens et leurs petits.

Qui achète les chiots des animaleries?

Des gens qui ne prennent pas le temps de s’informer suffisamment; ils font un achat impulsif, séduits par les adorables petits chiots en vitrine. Ces acheteurs sont bien intentionnés, mais souvent ils ne savent pas que dans les refuges et les SPCA, il y a de nombreux chiots extraordinaires, socialisés et en pleine santé qui n’attendent que de trouver un foyer. Ils ne savent pas non plus comment faire pour trouver un éleveur responsable, et c’est ce qui fait que les usines à chiots continuent à exister. De grâce, informez-vous, prenez une décision sensée, et contribuez au bien-être des animaux

Ces petits chiens ont besoin d’un foyer. Pourquoi n’en achèterais-je pas un?

Si vous achetez un chiot dans une animalerie, il sera aussitôt remplacé par un autre, et le cycle des élevages abusifs et de la cruauté se perpétuera. C’est une question d’offre et de demande, et de gros sous. Si on n’achetait pas de chiots dans les animaleries, cette sordide industrie multimillionnaire n’existerait pas.

Retourner à la page « Trouver son Fido »

 

Leave a Reply